El maestro..

Une réputation exagérée ? Nous le pensons un peu mais ne faisons pas la fine bouche, quand son chant transcende un petit bois bien ordinaire on reste là à l’écouter, émerveillé par tant de talent… Pour le plaisir, le début de quelques lignes qui lui sont dédiées dans un vieux bouquin:

« Le vrai chantre de nos forêts, c’est le rossignol. Par la variété prodigieuse de ses intonations et par l’expression passionnée que peut prendre sa voix, il efface tous ses camarades. Ordinairement le chant du rossignol commence par un prélude timide, indécis;  peu à peu il s’anime, s’échauffe, et bientôt on l’entend lancer vers le ciel les fusées de ses notes vives et brillantes….. »   L’acoustique, R. Radau, 1870.

Parabole et micro Telinga, Zoom H2.

Dép. 62; 1.6.2008.

elmaestro.jpg

Laisser un commentaire